Mes Passions : Karaté, Techniques de Vente, Voyages en Asie

KARATÉ et TECHNIQUES DE VENTE : Même combat

  1. LE NON-VERBAL

Il nous faut developper le chiffre du point de vente chaque jour, Il y va de notre satisfaction personnelle et si l’année prochaine, je deviens Manager ainsi que 2 dan de Karaté, je saurai comment m’y prendre. Tel est le but que je me suis fixé pour 2020.

Il nous faut analyser le plus vite possible le non verbal du client. En un clin d’oeil, être capable de ressentir son énervement, son stress, son envie de communiquer et interagir avec lui de façon efficace et rapide afin de lui donner le maximum pour qu’il ne nous oublie pas car même dans une gare, nous arrivons à fidéliser la clientèle qui revient exclusivement pour nous. j’ai des clients célèbres d’ailleurs qui réapparaissent de temps en temps uniquement pour moi et attendent lorsque je suis occupé. C’est valorisant. Grâce au karaté, je suis en permanence en éveil. Je regarde tout l’environnement en permanence lorsque je vais retirer de l’argent ou lorsque je suis dans ma gare. J’ai un coup d’oeil circulaire. j’ai développé mon sixième sens.

Il me faut décrypter le non verbal et les micro expressions du visage du client. Je me suis formé sur internet tout seul. Ca me donne un plus indéniable. J’arrive, avec l’expérience, à deviner ce qu’il veut sans même lui parler. En combat, c’est exactement la même chose. Vitesse et non verbal sont les maîtres mots d’une vente ou d’un combat d’arts martiaux réussi.

2. LA VITESSE ET LA GESTION DU STRESS

Savoir gérer son stress lorsqu’il y a un monde fou est vital. Même topo dans un combat. Plus on est souple, moins on est tendu, plus on est cool, ça semble fou mais plus on est sûr d’avoir le dessus sur l’adversaire. Il faut être malin dans un combat comme dans une vente et pour être malin, il faut ne pas que l’autre sente le stress et il faut aller vite pour prendre le dessus. Je vous donnerai des tips dans la partie blog sur la gestion du stress et comment acquérir de la vitesse.

3. TECHNIQUES DE VENTE

Je vends des sandwichs, des croissants et autres viennoiseries ;ce n’est peut-être pour certains, pas très prestigieux mais pour moi, lorsque je vois le chiffre, ça fait rêver. J’ai compris que pour savoir gérer il faut commencer à la base et connaitre, avant se lancer, tous les tenants et aboutissants d’une affaire.
Mon argumentaire de vente est très réduit mais j’arrive à faire comprendre au client le bénéfice qu’il va tirer en achetant chez moi par :
– très peu de mots mais ciblés. j’ai étudié mon vocabulaire de vente qui impacte sur lui de façon positive. J’arrive à le faire rêver même avec deux phrases.
– Mon sourire EXTRA LARGE qu’il ne trouvera pas chez le concurrent, je véhicule de la sympathie aux clients, je les considère et je les respecte et ça ils le sentent.
– je joue l’urgence également genre : le dernier sandwich bien frais peut conclure une vente.

Les techniques de vente sont nombreuses et je vais les aborder sur la partie blog. Ca me passionne.

MES VOYAGES EN ASIE

J’adore voyager en Asie car j’aime manger et les pays où j’ai eu la chance d’aller sont réputés pour leur cuisine fabuleuse. En plus de la nourriture, J’aime l’art et les musées. Pas des heures et des heures, mais tout de même un bon moment. j’aime la vie en Asie tout simplement. j’adore me balader pendant des kilomètres, a pied et découvrir des endroits extraordinaires et inattendus.

Au japon, je teste différentes formules de restauration rapide


Au Japon, je prends la pocket wifi et je trace. Je travaille toute l’année la nuit – le matin et donc, j’ai besoin de faire le vide complet un mois par an pour me ressourcer et développer ma créativité. En marchant des fois plus de 25 kms par jour, je tombe sur des pépites.

je prends des idées de commerce, je regarde comment ils vendent. je me poste devant un stand et j’observe. j’aime ça. Je découvre et je compare.

J’ai trouvé des mochis de rêve à Kanazawa (je vous mets le lien d’une video sur You tube afin que vous ayez une idée de ce que sont les mochis) mais ce ne sont pas ceux de Kanazawa , Patisserie mochis à Kanazawa au japon j’ai trouvé un restaurant de pizza dans le nord du Japon qui vaut toutes les pizzas italiennes, une vraie pépite. Le patron japonais a été formé par un italien et fait des pizzas de rêve. Furano est une station de ski l’hiver et j’ai passé un moment à voir comment il vendait ses pizzas.

Restauration rapide chez Zizi à Furano
Chez Zizi, restauration rapide à Furano Nord Japon

Dans tous les pays d’Asie où j’ai eu la chance d’aller, les propriétaires ou les franchisés de points de vente ne forcent jamais la vente. Ils sont hyper cool et font goûter le produit. En France, ce n’est pas le cas ou très rarement. On pense trop à l’argent perdu au lieu de penser à l’investissement. Dans tous les supermarchés, points de vente où je suis allé, à Bangkok, à Tokyo, à Séoul et même à Siem Reap au Cambodge, il y a partout des endroits dédiés à la dégustation gratuite des produits. La vente n’est pas forcée ; elle est axée sur le produit qui est en général extrêmement raffiné et soigné. Le client goûte et ne se sent aucunement forcé d’acheter… L’extrême courtoisie est de rigueur .

Les Asiatiques étant branchés nouvelles technologies, il m’est arrivé qu’on m’offre un plat en échange d’un post sur Instagram. j’ai pu avoir une glace à un nouveau parfum servie à table dans un restaurant en échange du post. Le restaurateur me faisant confiance.